Les mots, la mort, les sorts par Jeanne Favret-Saada

Les mots, la mort, les sorts

Titre de livre: Les mots, la mort, les sorts

Éditeur: Gallimard

ISBN: 2070322815

Auteur: Jeanne Favret-Saada


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Les mots, la mort, les sorts.pdf - 43,216 KB/Sec

Mirror [#1]: Les mots, la mort, les sorts.pdf - 24,452 KB/Sec

Mirror [#2]: Les mots, la mort, les sorts.pdf - 23,485 KB/Sec

Jeanne Favret-Saada avec Les mots, la mort, les sorts

Dans Les Mots, la mort, les sorts, Jeanne Favret-Saada, ethnologue de culture psychanalytique, enquête sur les sorciers et les jeteurs de sort du bocage mayennais. L'idée du sortilège s'impose quand le malheur se répète : vache qui meurt, fausse couche, pain qui ne lève pas... Aucune interprétation raisonnable ne peut alors prétendre résoudre l'énigme de la série qui n'appelle qu'une seule question : qui a jeté le sort ? Les vecteurs des sortilèges sont les mots. La parole maléfique doit être renvoyée à l'expéditeur pour qu'il en meure.

L'ouvrage est composé de récits et de schémas exposant les relations imaginaires qui relient les protagonistes des drames relatés. Jeanne Favret-Saada, pour explorer cet univers où rien ne se voit et où tout se laisse entendre, a du abandonner la position d'observateur idéal de l'ethnologue classique et s'engager corps et âme dans le groupe, se laissant envoûter par l'efficacité des mots qui ensorcellent. L'ethnologie, un art de se laisser posséder par l'autre ? --Emilio Balturi

Livres connexes

Dans Les Mots, la mort, les sorts, Jeanne Favret-Saada, ethnologue de culture psychanalytique, enquête sur les sorciers et les jeteurs de sort du bocage mayennais. L'idée du sortilège s'impose quand le malheur se répète : vache qui meurt, fausse couche, pain qui ne lève pas... Aucune interprétation raisonnable ne peut alors prétendre résoudre l'énigme de la série qui n'appelle qu'une seule question : qui a jeté le sort ? Les vecteurs des sortilèges sont les mots. La parole maléfique doit être renvoyée à l'expéditeur pour qu'il en meure.

L'ouvrage est composé de récits et de schémas exposant les relations imaginaires qui relient les protagonistes des drames relatés. Jeanne Favret-Saada, pour explorer cet univers où rien ne se voit et où tout se laisse entendre, a du abandonner la position d'observateur idéal de l'ethnologue classique et s'engager corps et âme dans le groupe, se laissant envoûter par l'efficacité des mots qui ensorcellent. L'ethnologie, un art de se laisser posséder par l'autre ? --Emilio BalturiDans Les Mots, la mort, les sorts, Jeanne Favret-Saada, ethnologue de culture psychanalytique, enquête sur les sorciers et les jeteurs de sort du bocage mayennais. L'idée du sortilège s'impose quand le malheur se répète : vache qui meurt, fausse couche, pain qui ne lève pas... Aucune interprétation raisonnable ne peut alors prétendre résoudre l'énigme de la série qui n'appelle qu'une seule question : qui a jeté le sort ? Les vecteurs des sortilèges sont les mots. La parole maléfique doit être renvoyée à l'expéditeur pour qu'il en meure.

L'ouvrage est composé de récits et de schémas exposant les relations imaginaires qui relient les protagonistes des drames relatés. Jeanne Favret-Saada, pour explorer cet univers où rien ne se voit et où tout se laisse entendre, a du abandonner la position d'observateur idéal de l'ethnologue classique et s'engager corps et âme dans le groupe, se laissant envoûter par l'efficacité des mots qui ensorcellent. L'ethnologie, un art de se laisser posséder par l'autre ? --Emilio Balturi