L'urgence et la patience par Jean-Philippe Toussaint

L'urgence et la patience

Titre de livre: L'urgence et la patience

Éditeur: Les Editions de Minuit

ISBN: 2707322261

Auteur: Jean-Philippe Toussaint


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: L'urgence et la patience.pdf - 34,334 KB/Sec

Mirror [#1]: L'urgence et la patience.pdf - 35,433 KB/Sec

Mirror [#2]: L'urgence et la patience.pdf - 25,760 KB/Sec

Jean-Philippe Toussaint avec L'urgence et la patience

L'urgence et la patience, le rêve et l'effort, l'évidence et la préméditation, l'étincelle et la persévérance : écrire, explique Jean-Philippe Toussaint (La Salle de bain, Fuir, La Vérité sur Marie...), dans ce passionnant recueil de textes relevant tout à la fois de la prose et de l'essai, écrire, donc, c'est se tenir au plein centre du champ où s'exercent ces forces a priori contradictoires, voire inconciliables, en réalité complémentaires. « L'urgence, qui appelle l'impulsion, la fougue, la vitesse ; et la patience, qui requiert la lenteur, la constance et l'effort. Mais elles sont pourtant indispensables l'une et l'autre à l'écriture d'un livre, dans des proportions variables, à des dosages distincts, chaque écrivain composant sa propre alchimie, un des deux caractères pouvant être dominant et l'autre récessif, comme les allèles qui déterminent la couleur des yeux », explique Jean-Philippe Toussaint, qui entrouvre avec ces pages la porte de son atelier. « Je m'entraîne, je me prépare, je me dispose. [...] Tout importe, la condition physique, l'alimentation, les lectures. Quand j'écris, je me couche tôt, je ne bois pas d'alcool. » Autoportrait de l'écrivain à sa table de travail, réflexion sur la façon dont naissent les décors, dont s'imposent certaines images. Autoportrait, aussi, de l'écrivain en joueur d'échecs et en lecteur : de Proust, de Beckett, du Dostoïevski de Crime et châtiment : « Le crime de la vieille usurière de Pétersbourg a été fondateur, aussi bien pour la vie de Raskolnikov que pour la mienne - lui devenu assassin, moi écrivain. »

Livres connexes

L'urgence et la patience, le rêve et l'effort, l'évidence et la préméditation, l'étincelle et la persévérance : écrire, explique Jean-Philippe Toussaint (La Salle de bain, Fuir, La Vérité sur Marie...), dans ce passionnant recueil de textes relevant tout à la fois de la prose et de l'essai, écrire, donc, c'est se tenir au plein centre du champ où s'exercent ces forces a priori contradictoires, voire inconciliables, en réalité complémentaires. « L'urgence, qui appelle l'impulsion, la fougue, la vitesse ; et la patience, qui requiert la lenteur, la constance et l'effort. Mais elles sont pourtant indispensables l'une et l'autre à l'écriture d'un livre, dans des proportions variables, à des dosages distincts, chaque écrivain composant sa propre alchimie, un des deux caractères pouvant être dominant et l'autre récessif, comme les allèles qui déterminent la couleur des yeux », explique Jean-Philippe Toussaint, qui entrouvre avec ces pages la porte de son atelier. « Je m'entraîne, je me prépare, je me dispose. [...] Tout importe, la condition physique, l'alimentation, les lectures. Quand j'écris, je me couche tôt, je ne bois pas d'alcool. » Autoportrait de l'écrivain à sa table de travail, réflexion sur la façon dont naissent les décors, dont s'imposent certaines images. Autoportrait, aussi, de l'écrivain en joueur d'échecs et en lecteur : de Proust, de Beckett, du Dostoïevski de Crime et châtiment : « Le crime de la vieille usurière de Pétersbourg a été fondateur, aussi bien pour la vie de Raskolnikov que pour la mienne - lui devenu assassin, moi écrivain. »L'urgence et la patience, le rêve et l'effort, l'évidence et la préméditation, l'étincelle et la persévérance : écrire, explique Jean-Philippe Toussaint (La Salle de bain, Fuir, La Vérité sur Marie...), dans ce passionnant recueil de textes relevant tout à la fois de la prose et de l'essai, écrire, donc, c'est se tenir au plein centre du champ où s'exercent ces forces a priori contradictoires, voire inconciliables, en réalité complémentaires. « L'urgence, qui appelle l'impulsion, la fougue, la vitesse ; et la patience, qui requiert la lenteur, la constance et l'effort. Mais elles sont pourtant indispensables l'une et l'autre à l'écriture d'un livre, dans des proportions variables, à des dosages distincts, chaque écrivain composant sa propre alchimie, un des deux caractères pouvant être dominant et l'autre récessif, comme les allèles qui déterminent la couleur des yeux », explique Jean-Philippe Toussaint, qui entrouvre avec ces pages la porte de son atelier. « Je m'entraîne, je me prépare, je me dispose. [...] Tout importe, la condition physique, l'alimentation, les lectures. Quand j'écris, je me couche tôt, je ne bois pas d'alcool. » Autoportrait de l'écrivain à sa table de travail, réflexion sur la façon dont naissent les décors, dont s'imposent certaines images. Autoportrait, aussi, de l'écrivain en joueur d'échecs et en lecteur : de Proust, de Beckett, du Dostoïevski de Crime et châtiment : « Le crime de la vieille usurière de Pétersbourg a été fondateur, aussi bien pour la vie de Raskolnikov que pour la mienne - lui devenu assassin, moi écrivain. »